A seulement 5 km du camping, le château de la Tour d’Aigues vous attend. En ruine depuis bientôt 300 ans, ce château dans le département du Vaucluse est malgré tout un lieu à visiter, bâti au pied des monts du Luberon, il offre de magnifiques façades et une vue exceptionnelle sur la vallée de l’Eze. Racheté par le conseil général, il est restauré petit à petit et accueille des évènements régulièrement.

camping chenes verts-cabrières

L’époque médiévale

La plus ancienne référence que l’on trouve de la présence d’une tour qui deviendra château remonte en l’an 1002 sous le nom de Turris. Ce sont les comtes de Forcalquier qui possédaient cette fortification permettant de surveiller les routes entre les Alpes et Aix-en-Provence et la vallée de l’Eze. Peu à peu, un village s’agglomère autour de la tour première dont il ne reste rien excepté le nom d’une rue : celle du « château vieux ». Une nouvelle construction est élevée en dehors des murs du village vraisemblablement autour du XIVe s. C’est la famille provençale des Sabran qui devient propriétaire à partir du XIIe s avant de le céder à la famille d’Agoult.

Raimond d’Agoult engagea le repeuplement de ses terres grâce à  un contrat d’habitation en date du 10 mars 1495, signés avec  80 chefs de famille pour repeupler Cabrières-d’Aigues. Ses héritiers firent de même pour La Motte-d’Aigues ,  Peypin-d’Aigues et  Saint-Martin-de-la-Brasque.  Ces villages furent en grande partie repeuplés par des Vaudois (canton suisse).

Quant à Foulque d’Agoult, il a la charge de chambellan et conseiller du roi René d’Anjou. Sa puissance et sa grande richesse lui permettront de réaliser d’importants travaux pour magnifier son château, en ajoutant quatre côtés agrémentés chacun d’une tour d’angle bâtis autour du donjon primitif. Deux de ces tours sont encore visibles aujourd’hui situées aux angles N-O et N-E.

Sa puissance et sa grande richesse lui permettront de réaliser d’importants travaux pour magnifier son château, en ajoutant quatre côtés agrémentés chacun d’une tour d’angle bâtis autour du donjon primitif. Deux de ces tours sont encore visibles aujourd’hui situées aux angles N-O et N-E.

Grâce à la falaise qui tombe à pic sur l’Eze, seules trois douves protégeaient le château. Elles ont été réalisées par le Seigneur Foulque d’Agoult et ses aménagements hydrauliques, véritable performance technique pour l’époque. En effet, c’était l’eau des sources des monts du Luberon qui alimentaient deux étangs, dont celui de la bonde, qui existe toujours, avant d’être remontée dans les douves du château. Outre ces aménagements dantesques, le château était selon les sources référencées, somptueusement décoré.

La Renaissance

Au XVIe s, c’est la famille Bouliers-Cental qui s’installe au château. Le baron Jean-Louis-Nicolas transforme radicalement l’édifice à partir de 1550. Revenant de Paris, ce jeune noble est influencé par la mode nouvelle notamment au contact de la famille de Montmorency, il décide de restructurer son château en style Renaissance. Ainsi une magnifique façade décorée remplace l’ancienne partie médiévale sud : Ce sont les deux pavillons d’angle que l’on peut voir aujourd’hui ainsi que le somptueux portail. Ce dernier ouvrait sur une « cour d’honneur » où trônait au centre le donjon. Le portail à l’intérieur était flanqué de deux corridors ouverts à colonnades qui permettaient l’accès aux ailes du château. Quant à l’arrière du bâtiment, les façades furent conservées mais « rhabillées » ainsi que le donjon par un placage s’harmonisant avec le nouveau bâti. Ce n’est qu’en 1571 que s’achevèrent les travaux pour un résultat somptueux. Le château était devenu un des plus beaux exemples de l’art de la Renaissance en Provence. Catherine de Médicis lui rendit les honneurs par une visite en 1579.

Après la mort de celui qui avait fait du château de la Tour d’Aigues un bijou Renaissance en 1584, le domaine, suite à une succession compliquée, revint à Chrétienne d’Aguerre, comtesse de Sault, en 1598 qui a son tour engage des transformations du château notamment la couverture du donjon par un dôme avec lanternon et des jardins. Puis il passe aux mains de Charles de Crequi, le fils de la comtesse qui embellit les façades de blasons à ses initiales, CLD pour Crequi Les Diguières qui grâce aux restaurations récentes agrémentent de nouveau l’édifice.

Le château au XVIIe siècle

La famille Bruny rachète la baronnie en1719, époque où le château s’enrichit de très nombreuses collections et bénéficie de transformations intérieures pour en améliorer le confort. Le parc du château connait alors ses plus beaux aménagements avec la création d’un canal, d’un labyrinthe, d’une orangerie, d’une ménagerie et d’une faïencerie dont on peut voir aujourd’hui les pièces originales au musée situé dans les caves du château.

Fin tragique et lente agonie

Un incendie accidentel ravage la partie nord du château en 1780 et avant que les dégâts soient réparés, la révolution éclate. Des révolutionnaires en septembre 1792 ruinent l’édifice en le pillant et en y mettant le feu : c’est la fin.

Le château est abandonné en ruines et durant tout le XVIIIe s, il sert de « carrière » aux habitants du village et des environs jusqu’à son rachat en 1897 par le Conseil Général du Vaucluse.

La visite du château

N’hésitez pas à visiter les ruines de ce château durant votre séjour au camping des chênes verts. En effet, grâce à une application sa splendeur d’antan vous sera révélée. Elle est gratuite et disponible en français sur Iphone et Androïd. Un parcours commenté est également prévu sur place.

Crédits photos:

Véronique PAGNIER/CC BY-SA (https://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0)

Sannes

Sannes est un des plus petits villages du Lubéron, il est environné de collines verdoyants et d’arbres rappelant la Toscane, entouré des ses vergers de cerisiers et de vignes  attestant de sa vocation agricole. En effet, à Sannes sont cultivées les cerises du Ventoux, appellation protégée dont le calibre moyen minimum garanti à 24 mm. Quant au vignoble, Sannes regroupe  la production de quatre appellations reconnues en blanc, rosé ou rouge : côtes du Luberon,  vin de pays d’Aigues, vin de pays de Vaucluse, Vin de pays de Méditerranée.

sannes

Le Mourre Nègre, sommet du Luberon atteignant les 1125 mètres d’altitude domine Sannes qui est bordé à l’est par l’étang de la Bonde, vaste plan d’eau pour l’irrigation mais également ouvert à la baignade et autres activités habituelles de jeux de plages  qui  sont surveillées pendant toute la saison d’été (du 1er juillet au 31 août).

Une petite chapelle d’origine romane, dédiée à Saint Pierre se situe à proximité de la route D27 qui relie l’étang de la Bonde à Cucuron.

Le moulin à vent et le château sont sur un domaine privé qui n’est pas ouvert à la visite mais dont on peut admirer, malgré tout, les silhouettes lors de promenades.

Ne cherchez pas un coeur de village, ici Le village est composé de fermes dispersées et de petits hameaux. L’attrait majeur du village est surtout lié à son environnement,  au  milieu des vignes et des vergers de cerisiers,  près de l’Etang de la Bonde avec la vue sur la Mont Mourre Nègre.

L’idéal pour passer des vacances reposantes dans votre camping des chênes verts, qui bénéficie d’emplacements dans une nature préservée au milieu de la Provence. Venez profiter du tourisme vert et les nombreuses balades qu’offre le village de Sannes, dans le cadre protégé du Luberon et de ses environs.

credits photo Par Tchai — Travail personnel, CC BY-SA 3.0, https://com

 mons.wikimedia.org/w/index.php?curid=10199322